15 Décembre, 2017
A C T U A L I T É S
Les Credos que j'aime.
D'AUTRES
INFORMATIONS  INTERESSANTES
A r c h i v e s

"Je ne suis pas baptisé dans la structure de l'Eglise Catholique, est-ce que je peux participer ?"

  OUI ! Naturellement .
  Vous nous aiderez à redécouvrir l'évènement de la Pentecôte.

  Le souffle de l'Unique, Souffle de vie est pour tous.
Genèse 1,1

  Fissurons ensemble les murs de nos certitudes.

  Que notre synode soit réellement un souffle qui vient nous sortir de nos peurs, habitudes, dogmes, et ...

  Notre avenir, notre demain, ne se fera pas sans l'acceptation que l'on n'a pas la Vérité, mais que nous devons La chercher ensemble.

  Aujourd'hui je formule un vœu:
  "Prenons un temps pour réfléchir à nos comportements vis-à-vis de nos frères des autres religions ou de ceux qui cherchent. "

Abbé Jean-Pierre DALIBOT

Diocèse de la Somme

 

 

" Si vous pensez que l'aventure est dangereuse,
je vous propose d'essayer la routine... elle est mortelle "

Paulo Coelho

 

Dans
un monde en crise.
Vivons
la fraternité
.
Pourquoi et comment mener les réformes qui s’imposent aujourd’hui dans l’Eglise? Un débat explosif dans l’Eglise aujourd’hui.
A lire si l'on accepte de se poser des questions et de s'engager pour vivre mieux d
emain.

 

Paroisse:
St-François d'Assise
(Amiens nord)

Participons à

la vie dans nos quartiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INTER - RELIGIONS
Un dialogue incontournable

"Il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères,
sinon nous allons mourir ensemble comme des idiots ".


Martin Luther KING

Des informations qu'on ne trouvent pas ailleurs

 

--------›
‹--------
Pour une information
quotidienne

 

 

L’écrivain
et le missionnaire : quand Dieu était Français

Jean d’Ormesson était l’académicien préféré des Français ; Henri Burin des Roziers, le défenseur des sans-terre au Brésil. Deux grandes figures. Deux visions du christianisme. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Église St-Pierre d'AMIENS
Chaussée St-Pierre
L' ESPACE CULTUREL
vous informe

 

 

La couronne de l’Avent

Qui dit cycle dit cercle ou couronne. Alors pourquoi pas une couronne pour dire un nouveau cycle liturgique ?

Faite de branches de pin, la couronne de l'Avent tresse diverses symboliques tout comme elle entrecroise le houx, le gui et le laurier.
Par  sa  forme,  circulaire, elle  rappelle  le  déroulement du temps qui, d'année en année, avance vers sa plénitude, mais elle est aussi un « soleil »qui continue de briller quand les jours diminuent. Ainsi, elle annonce la vraie lumière qui au dernier jour brillera d'un éclat éternel,  elle  oriente  le temps vers le retour du Christ et évoque la lumière du salut.
Lorsqu'elle  est  ornée  de quatre bougies, que l'on allume progressivement de dimanche en dimanche, elle porte alors le  signe  de  l'espérance  chrétienne.  Chaque  bougie vient rappeler les moments-clefs de l'histoire du  salut,  qui  peu  à peu ont éclairé l'humanité :
- l'alliance  avec Adam  et  Eve,
- l'alliance avec Abraham et les patriarches,
- l'alliance avec David,
- la nouvelle alliance annoncée par les prophètes.
La couronne de l'Avent porte la faible lumière de quatre bougies qui, peu à peu, chassent devant elles les ténèbres jusqu'à ce que viennent la Lumière définitive qui se lève dans la nuit de Noël.
Dressée sur nos portes, ou illuminée sur nos tables, la couronne de l'Avent ne décore pas seulement nos intérieurs, elle nous appelle à préparer nos cœurs à recevoir le salut.

 

Noël tous les jours!

 « Eh ! Si nous imaginions que nous ne sommes
les uns et les autres
que des  planètes ou étoiles flottantes
dans la véritable crèche qu’est l’Univers ? »

 

Demain, plus de séminaristes ?

La session de novembre de l’assemblée plénière de la Conférence des évêques de France (CEF) qui s’est tenue à Lourdes, il y a une dizaine de jours ,était particulière à plus d’un titre.

 

 

 

 
Une autre manière de voir l'information

 

Des réflexions intéressantes.

"Il ne faut pas attendre que les choses deviennent urgentes pour agir, sinon, on risque d'agir sous la contrainte de l'événement."

Mgr WINTZER, archevêque de Poitiers

" Il y a beaucoup d'initiatiatives dans les églises, dans les diocèses, même les plus pauvres. Mais on constate en même temps une difficulté à relier toutes ces initaitives et à parvenir à une véritable intelligence collectives."

Père Christoph THEOBALD

 

 

Sur notre chemin de vie : Profitons de nos rencontres pour nous ouvrir à l' Univers. Refusons la fatalité . "L'Espérance se trouve au- delà de ce que nos convictions puissent proposer ".  A tous: Continuons de chercher  et  partageons nos expériences. - Nouveau forum.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Père Noël n’est pas le seul à recevoir du courrier. Des centaines de lettres en tous genres adressées à Dieu ou à Jésus sont envoyées à Jérusalem. Pas facile de remettre ces courriers au divin destinataire... Que deviennent donc ces lettres ?

Cher Dieu,
je t’écris cette lettre

Des questions qui parfois pertubent nos tranquilités.

Abbé Jean-Pierre DALIBOT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" L’aventure est un état d’esprit. Elle se trouve dans le cœur de l’homme. L’aventure, c’est d’être capable de refuser son destin, être prêt à  partir à tout moment, concevoir encore et toujours de nouveaux projets, ne pas être assis, c’est en un mot vivre sa vie et la construire."

Paul Emile Victor

 

la
bataille
du
Notre Père

Comment approcher au plus près de la parole du Christ ? Depuis près de deux mille ans, la traduction du texte est discutée et reproposée. Avec des termes qui ont alternativement les faveurs des uns et/ou des autres. Petit récapitulatif des différentes versions.

L i t u r g i e :

 

 

 

Le pape veut un synode
de tous les jeunes

Samedi 8 avril 2017. En cette veille du dimanche des Rameaux, la basilique Sainte-Marie-Majeure, à Rome (Italie), est pleine à craquer. Tout sourire, le pape François serre les mains qui se tendent vers lui, et pose quelques instants pour un « selfie. »

Ce soir-là, il préside une veillée de prière pour les prochaines Journées mondiales de la jeunesse, qui auront lieu à Panama (Panama), en 2019. Mais, surprise, dans son prêche, il évoque longuement le synode sur les jeunes, qu’il a convoqué à Rome, en octobre 2018. Un synode « dont aucun jeune ne doit se sentir exclu ! » martèle le pape. Même ceux « qui se sentent agnostiques », ceux dont « la foi est tiède », ceux « qui se sont éloignés de l’Église » ou qui « se sentent athées », insiste-t-il.

 Voilà une idée à suivre pour notre synode diocésain.  Je pense à tous ceux que nous rencontrons.
 Ne sont-ils pas aussi des sœurs ou frères acteurs et responsables de demain.
Abbé Jean-Pierre DALIBOT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Réalité consciente, tributaire d’un passé, comme vous je suis à la recherche d’un monde de paix. J’attends ce jour où l’on pourra vivre, sans agressions de toutes sortes,  dans la diversité et heureux.
    Je suis convaincu que ce n’est pas en brancardant des lois de toutes sortes ou se privant d’une manière ou d’une autre des talents de personnes différentes de nous, que nous y arriverons. Nos vœux se réaliseront que si nous pratiquons uniquement la Loi du respect, de l’amour et du partage.
    Certes, si tout n’est pas acceptable, l’on peut penser aussi que nos manières de vivre  peuvent surprendre,  parfois choquer.
    Donc l’échange et l’explication sont incontournables. Profitons de nos rencontres parfois surprenantes, voir déroutantes mais toujours enrichissantes pour notre demain.
    Si mon être aujourd’hui est le résultat de rencontres heureuses, mais aussi de duels laissant des cicatrices. L’expérience me fait comprendre aujourd’hui qu’un accouchement ne peut pas se faire sans une certaine ouverture, parfois douloureuse.
   Planète flottante dans l’Univers, je dois constamment me frayer un chemin pour trouver ma bonne place. Celle où je dois être sans subir ni m’imposer pour simplement devenir une modeste étoile missionnaire de l’Unique. Pour cela  j’ai besoin de prendre le chemin de la recherche, de la relecture.
   Profitons donc de tous nos déplacements par ces fêtes de fin d’année, physiques ou en esprit, pour offrir et se souhaiter la juste place qui convient aux uns et aux autres.
    Si nous sommes capables d’accepter surprises, questions et partages d’idées. Il se peut que comme il y a plus de 2000 ans, en ces fêtes de fin d’année 2017,  nous repartions en 2018 par un autre chemin.  Celui de l’espérance.
                                                           
Bon Noël et bonne année.

Abbé Jean-Pierre DALIBOT


Noël ensemble.

La fête dans notre quartier