Pour un certain nombre d’êtres humains, la fin d’année est l’occasion pour différents motifs de faire une fête de l’espérance. C’est par un échange de cadeaux, repas ou de souhaits venant des cœurs qu’elle se manifeste. 
    Mais la démarche n’est-elle pas simplement de réaliser une maison commune où la vie, depuis la naissance jusqu’à la mort, ne serait que PAIX. Les haltes devant les multiples crèches que nous découvrirons ou réaliserons ne sont-elles pas l’attente qu’un souvenir devienne réalité.
    Alors ! Si nous nous mettions ensemble à démolir les barricades qui séparent pour construire l’abri qui rassemble. Je sais que déjà des mains sont à l’œuvre pour ce grand projet. Elles se trouvent au sein de multiples associations comme le Secours Catholique, dans différents lieux professionnels où l’on s’aide à vivre mieux.
    Régulièrement des informations viennent nous rappeler ces mains qui se rencontrent aux différents coins de notre planète. Mais notre timidité à partager, notre chapelle à protéger nous privent peut-être d’une force pour dépasser les limites de nos existences.
   Accepter une nouvelle naissance, des déplacements imprévus, une vie autre et même parfois à la limite du l’égal, c’est peut-être retrouver l’esprit de Celui qui est né dans une crèche, il y a plus de 2000 ans.
   Construire l’Habitat d’aujourd’hui, où nous y trouverons le bonheur du partage, c’est d’accepter de prendre le risque de l’inattendu.
   Mais le souhait d’une fête unique ne doit pas nous faire ignorer ces petites rencontres, relais d’une dimension humaine et de proximité pour nous donner l’élan de la grande ascension du sommet où se trouve l’Unique. Je pense à toutes les initiatives qui sont prises pour ouvrir des lieux où l’on puisse se poser pour mieux repartir, grandir.
   Si nous déployons de l’énergie à l’occasion de la naissance de Jésus ou de sa mort (Noël et Pâques) il me semble que nous ne connaissons que très peu de choses sur sa vie. Pourtant, c’est par cette dernière qu’Il est chemin d’espérance. 
   Mon souhait pour les mois à venir c’est de vous aider à créer des lieux (des crèches) où l’on puisse découvrir ceux et celles qui par leurs vies sont devenus des modèles à suivre. Je pense à des rencontres autour de la Bible, des lieux d’échanges ou tout simplement de loisirs où l’on s’aide à grandir.
   Le plus beau cadeau que l’on puisse offrir à ceux que l’on aime, c’est de donner la possibilité de découvrir un sens à la vie.

   Tous mes bons vœux à vous qui avez lu ces lignes et à ceux que vous allez rencontrer.

Noël 2014
Abbé Jean-Pierre DALIBOT.


Accueil
- Actualités
- Présentation - Agenda -Vos questions - Prêtre - Interreligions - Méditations -
Lu-Vu-Entendu - Prières
Noël, Pâques -
Espace jeunes - Espace enfants -Liens - Paroles de chiens - Mes credos - FORUM
- Me contacter

 

 

 

Une crèche
à
la
dimension
du
 monde.